L’autopartage se développe dans toutes les grandes villes françaises, notamment à Paris, où Autolib’ gagne en visibilité. 5% des Français utilisent ainsi des véhicules partagés, 11% en région parisienne, si on en croit le Ministère de la Transition écologique.

Quelle est la définition de l'autopartage ? Sous quelles formes le retrouve-t-on dans un pays comme la France , Surtout, quels sont ses avantages pour l’utilisateur, le loueur, ou l'entreprise qui le met en place ?

Définition de l’autopartage

C’est le code des transports qui définit légalement l’autopartage dans son article L.1231-14. L’autopartage est « la mise en commun d'un véhicule ou d'une flotte de véhicules de transport terrestre à moteur au profit d'utilisateurs abonnés ou habilités par l'organisme gestionnaire des véhicules. Chaque abonné ou utilisateur habilité peut accéder à un véhicule sans conducteur pour le trajet de son choix et pour une durée limitée. »

Plus simplement formulée, la définition de l’autopartage - aussi parfois appelé “voitures en libre-service” - implique généralement de louer des voitures à des particuliers. Il désigne effectivement souvent un système de location d’engins par un professionnel. Dans ce contexte, il faut adhérer à un abonnement pour accéder aux véhicules, garés dans des stations dédiées. Ces réservations de voiture en libre-service s’étalent rarement sur plus de quelques heures.

Une entreprise peut également décider de développer l'autopartage en interne, pour proposer sa flotte de véhicules à ses collaborateurs. Cette politique implique en général de renoncer aux voitures de fonction pour adopter une logique d’utilisation collective, similaire à celle du flex office pour les bureaux.

Voir aussi : Gestion de parc automobile : quels sont les indicateurs à surveiller

Différents types de locations de voitures pour différents modèles économiques

Dans le cadre de l’autopartage professionnel, on recense trois grands formats de location :

  • L’autopartage de voitures en libre-service ou en “trace directe”. Il permet aux utilisateurs de louer un véhicule sans réservation, simplement en le récupérant sur sa station ou sur la voirie ;
  • les systèmes d’autopartage “en boucle” désignent des services de location de véhicules où la voiture doit revenir à sa station de départ. Ils nécessitent de passer par une solution de réservation de véhicules. L’utilisateur choisit son engin, la durée du trajet et la station où il veut le louer et le rendre. Ce mode de réservation de véhicules peut impliquer de passer par une armoire à clés, pour faciliter les départs et les arrivées, tout en assurant le suivi de l’état des voitures.
  • l’autopartage entre particuliers ne nécessite aucune logistique particulière.

autopartage

Avantages de l’autopartage

Le premier avantage de l’autopartage relève de la consommation d’énergies et de l'émission de gaz à effets de serre. En se rabattant sur les voitures partagées, les utilisateurs se passent plus facilement d’un véhicule personnel, et polluent donc moins.

Le Ministère de la Transition écologique français précise ainsi qu’une voiture en autopartage permet de remplacer 5 voitures personnelles. Un véhicule partagé évite en outre la fabrication de 6 à 8 voitures, soit 36 tonnes de CO2 sur 10 ans. Beaucoup de systèmes d’autopartage professionnels favorisent par ailleurs le recours aux voitures électriques.

Ce système de voitures partagées permet également de libérer de l’espace urbain, et notamment des stationnements. C’est aussi un moyen pratique de se passer d’un garage, ou de contourner les contraintes liées à l’entretien d’un engin personnel. Pour les particuliers qui adhèrent à ce type de système, les bénéfices pleuvent :

  • Le gouvernement le favorise particulièrement, au point de faciliter le stationnement des véhicules qui profitent du label "autopartage". Ces voitures disposent de places de parking réservées, et de tarifs préférentiels pour leurs déplacements en ville.
  • l’autopartage permet de trouver un véhicule rapidement, proche de son secteur géographique, sans passer par une agence de location ;
  • l'utilisateur trouve des modèles de véhicules spécifiques, y compris des utilitaires dans le cadre de l’autopartage entre particuliers.

Les particuliers ont d’ailleurs tout intérêt à mettre leur voiture en location dans le cadre d’un dispositif d’autopartage. C’est effectivement une façon efficace de rentabiliser les moments où ils ne se servent pas de leurs véhicules. Les revenus des locations permettent, de surcroît, d’éponger les dépenses liées à l’entretien, à la consommation énergétique et à l'assurance de la voiture. L’autopartage les redirige par ailleurs vers d’autres types de mobilités, souvent plus écologiques.

Voir aussi : Avant/après : la révolution du logiciel de gestion de parc automobile

Les entreprises qui développent l’autopartage de véhicules de fonction ont la même préoccupation économique. L'autopartage rationalise les coûts liés au parc automobile. Il favorise en outre le bien-être au travail, en démocratisant l’accès aux véhicules de fonction. L’entreprise sort d’une logique de mérite ou de niveau hiérarchique d’accès aux véhicules, pour privilégier le concept d’usage et d’utilité.

Un projet d'auto-partage ?

Prêt à vous lancer ?

ArtsurleWeb
9 rue Robert 69006 Lyon
info@artsurleweb.com
04.81.91.56.41

 

Copyright © 2018 Art sur le Web - Protection des données